Comprendre La Dépression

Comprendre La Dépression

La dépression, connue également sous le nom de dépression nerveuse, est une maladie mentale qui se manifeste par des perturbations de l’humeur. La personne dépressive est dans un état de sentiments de tristesse ou de désespoir. Cette humeur dépressive est liée à une réduction de l’activité psychomotrice, à une vision pessimiste du monde et de soi-même, ainsi qu’à un désintérêt intellectuel. La dépression est plus qu’un simple coup de déprime passager, un coup de blues ou une baisse de moral qui survient après des événements de la vie qui sont temporaires. La dépression est liée à un dysfonctionnement social profond et entraîne une souffrance personnelle qui peut avoir des conséquences dangereuses sur la vie personnelle et professionnelle de la personne dépressive. 

Le risque de passer des idées suicidaires à l’acte est particulièrement élevé : 5 à 20 % des dépressifs se suicident. Une dépression dure plus de deux semaines et la volonté de s’en sortir seul ne suffira pas pour guérir. Il est impératif de demander de l’aide à un professionnel

La Dépression est une maladie fréquente

C’est une des maladies mentales les plus fréquentes, on estime qu’une personne sur cinq a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. La dépression touche n’importe quelle catégorie sociale, mais concerne davantage les adultes.

Parmi les populations les plus touchées figurent :

– Les femmes,
– Les personnes au chômage,
– Les personnes avec de faibles revenus,
– Les personnes appartenant à la tranche d’âge 35-44 ans. 

Ainsi que 8 % des adolescents âgés de 12 à 18 ans

D'où vient cette maladie ?

Bien souvent la dépression survient après des épreuves pénibles de la vie : deuil, chômage, séparation, traumatismes affectifs ou sexuels connus au cours de l’enfance… Ou à un moment particulier de la vie comme le passage de l’enfance à l’adolescence ou de l’âge mûr au processus de vieillissement…

Une dépression peut aussi survenir au cours d’une maladie physique, hépatite, AVC, cancer… Ou être déclenchée par un bouleversement hormonal, après un accouchement, ou un dérèglement endocrinien.

Cependant, toutes les personnes dans ces situations ne deviennent pas dépressives. En revanche, quelques personnes font des dépressions qui surviennent sans d’élément déclencheur apparent. Cette  dépression serait d’origine génétique.

La dépression génétique se révèle lorsqu’une personne a un des parents a des antécédents de troubles dépressifs. Elle aura deux à quatre fois plus de risque d’être elle-même dépressive au cours de sa vie.

Malgré tout, cette dépression génétique reste limitée. Il faut qu’elle soit associée à des facteurs environnementaux, comme un vécu difficile : abandon, traumatisme, violences, menaces pendant l’enfance… Qui vont générer un stress précoce et entraîner une dépression.

Quels sont les symptômes ?

Symptômes principaux :

1. Une humeur dépressive avec une tristesse intense qui dure toute la journée et se répète quasiment chaque jour, et ce depuis au moins deux semaines.

2. Abattement, désintérêt et une perte de plaisir pour les activités quotidiennes ou pour les activités autrefois agréables.

3. Perte d’énergie, une fatigue excessive, sensation d’épuisement général qui survient sans notion d’effort et qui ne disparaît pas, même après du repos.

Les symptômes secondaires :

 

– Une dévalorisation de soi marquée par un sentiment d’inutilité

– Un sentiment de culpabilité inapproprié

– Une vision de l’avenir et de la vie très négative

– Des idées suicidaires avec le sentiment que la vie ne vaut pas la peine d’être vécue

– Une modification de l’appétit, souvent liée à une perte ou une prise de poids

– Des troubles de la concentration, de l’attention et de la mémorisation

– Des troubles du sommeil, des insomnies en 2ème partie de nuit et/ou des réveils précoces

– La perte de confiance en soi et d’estime de soi

Les différents niveaux d’intensité de dépression

On peut définir la gravité de la dépression en 3 niveaux d’intensité :

• Un épisode dépressif léger comporte au moins 2 symptômes principaux et 2 symptômes secondaires.
• Un épisode dépressif modéré, il faut 2 symptômes principaux auxquels s’ajoutent 3 à 4 autres symptômes secondaires.
• L’épisode dépressif sévère comporte les 3 symptômes dépressifs principaux avec au moins 4 autres symptômes secondaires.

La personne dépressive n’est pas toujours consciente de sa maladie et ce sont souvent les proches ou le médecin de famille qui vont aborder ou diagnostiquer ce problème de dépression. L’épisode dépressif est évalué par un professionnel de santé qui doit aussi évaluer le risque de suicide. Un risque suicidaire élevé devient une urgence et nécessite une hospitalisation, sans le consentement du patient si nécessaire.

Quel traitement pour la dépression ?

La décision du traitement à suivre se fait d’un commun accord entre le patient et son médecin et en collaboration avec d’autres professionnels de santé comme, le psychiatre ou le psychologue clinicien. Cette collaboration entre le patient et les professionnels, parfois avec les proches si le malade est d’accord et si c’est jugé nécessaire, permet au sujet dépressif de mieux comprendre l’enjeu du traitement et de mieux y adhérer, assurant ainsi une prise en charge de qualité et une meilleure efficacité du traitement. C’est la psychothérapie qui est recommandée pour le traitement de la dépression, et ce quelle que soit l’intensité de l’épisode. Elle est souvent associée en France à un traitement médicamenteux.

Pour traiter une pathologie comme la dépression dans ses formes sévères, il n’y a pas vraiment d’autres choix que la combinaison de la psychothérapie et des médicaments. Ce sont des traitements lourds à suivre sur plusieurs mois pour éviter les rechutes. Ces traitements médicamenteux efficaces doivent être adaptés à chaque cas. Enfin, selon la gravité des cas, une hospitalisation peut être nécessaire, mais la dépression se traite le plus souvent en ambulatoire.

Quelle aide apporte la sophrologie ?

– La sophrologie active la vitalité

Une personne dépressive peut se sentir démotivée car elle ressent un important manque d’énergie. La sophrologie va lui permettre de contrer ces sensations intenses de fatigue en renouant avec sa vitalité. Pour ce faire, le sophrologue lui propose des exercices visant à se remplir d’énergie pour qu’elle prenne conscience du potentiel de son corps.

– La sophrologie favorise les ressentis positifs

On distingue la personne dépressive, par son incapacité à ressentir des émotions positives comme la joie ou le plaisir. À cause de ce symptôme, elle verra moins d’intérêt à réaliser ses activités quotidiennes, même les plus plaisantes. La sophrologie, lui permet de retrouver ses ressentis positifs, à travers les 5 sens, ou en faisant appel à des souvenirs où elle ressentait de la joie et du bonheur.

– La sophrologie permet de reconstruire l’estime de soi

Car elle s’est retrouvée dans l’impossibilité d’effectuer ses activités du quotidien, une personne dépressive peut entretenir un mépris d’elle-même ainsi qu’un sentiment de culpabilité. Ce fonctionnement la persuade qu’elle n’est capable de rien et l’enferme dans une forme d’inaction. La sophrologie va l’aider à sortir de ce processus qui l’empêche de s’accomplir, en restaurant l’estime et la confiance qu’elle se porte. Des images tirées du passé, pourront notamment être utilisées pour réactiver le sentiment de fierté et d’accomplissement.

Marie Hernandez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

X